Lorem ipsum dolor sit amet, perpetua deterruisset ea ius. Propriae tincidunt disputationi mei ei. Nec id case eripuit, cu quo insolens partiendo.

Il n’y a pas d’erreurs ; j’ai délibérément laissé un peu de ce texte latin sur mon blogue.

Pourquoi?

Il faut dire que j’aime bien faire des blagues, déstabiliser ou surprendre.

Mais la vraie raison est que je procrastine depuis trop longtemps.

Ça fait des mois que mon site est en ligne et que je repousse l’inévitable : écrire un premier article de blogue pour MON site.

Rédactrice Web, j’en rédige du lundi au vendredi pour des agences, des entrepreneurs et leurs entreprises de domaines différents. C’est facile et j’adore ça!

Mais écrire un article pour moi? Ouf! La tâche est beaucoup plus ardue!

Tellement de fois, je me suis assise devant l’ordinateur, la motivation dans le tapis, mon calepin plein et prête à écrire mon article.

Propos confus, page blanche, frustration, ratures, découragement. Tels sont les maux qui m’assaillent depuis des semaines.

Si frustrant! D’autant plus que ce n’est pas les idées qui manquent lors d’un mandat client. Je tape plus vite que mon ombre, elles jaillissent aussi intensément que mes doigts courent sur le clavier. Aucune idée ne trébuche, et en quelque temps, un nouvel article est né.

Vous l’aurez deviné, ce que j’aime avant tout, c’est écrire pour les autres : mettre mes mots au service de vos idées, faire découvrir de nouvelles personnes, des domaines méconnus, apprendre.

J’adore écrire l’histoire de mes clients ou partager leurs idées à travers mes mots. Une conversation pour un mandat où on m’abreuve des caractéristiques de ce domaine suffit pour que les idées fusent et se mettent en place. En deux temps, trois mouvements (et un peu de travail, quand même!), j’écris l’article.

Mon blogue, une autre paire de manches. J’avais presque oublié cette tâche que je remets semaine après semaine. La vie sait se faire entendre, une collègue (plusieurs personnes, en fait!) m’a remise sur le droit chemin en me remémorant que le Lorem Ipsum contaminait encore mon site.

Contre toute attente, sur le fly et devant elle, j’ai formulé une idée de premier article : écrire pour moi me bloque à un tel point que je repousse cette tâche, parler de cette sécheresse «inspirationnelle», pourquoi pas!

Pas mal comme inspiration. Elle a germé un certain temps avant de prendre le contrôle de mon cerveau et c’est à ce moment que mes doigts se sont mis à courir sur le clavier comme s’il n’y avait pas de lendemain.

Le lendemain est pourtant arrivé, vous êtes en train de lire le produit de cette idée.

Vous me connaissez maintenant un peu plus. Juste un peu puisque j’ai de nombreuses personnalités.

Mon style intense vous plaît? Envoyez-moi votre projet de feu. Ensemble, nous ferons des flammèches!

Share This